Et si on créait votre madeleine sur-mesure ?

Vous connaissez sûrement l’épisode de la madeleine de Proust dans le premier tome de « A la recherche du temps perdu ». Cette remontée soudaine de souvenirs qui arrivent quand sa mère lui fait boire un thé et manger une madeleine. Celle-ci trempée dans le thé, le plonge alors dans ses souvenirs d’enfance.

Quand on parle de madeleine de Proust, on utilise cette expression pour faire allusion à ces différents éléments (actes, évènements, sensations) qui brutalement font resurgir de lointains souvenirs chargés d’émotion.

Et vous, quelle est votre madeleine ?

Avez-vous une « madeleine » qui vous transporte à chaque fois dans votre passé ?

La puissance du cerveau

Ce que je voudrais vous montrer ici c’est la puissance de votre cerveau.

Votre cerveau, c’est comme une énorme salle des archives.

C’est plus ou moins bien rangé selon les personnes. Parfois plusieurs tiroirs sont ouverts en même temps. Parfois des étiquettes sont décollées et on ne sait plus ce qui se trouve dans le dossier.

Lorsqu’on a la sensation d’avoir oublié un souvenir, de ne plus avoir de mémoire, ce n’est pas que ce souvenir s’est effacé. Non, c’est plutôt qu’on n’arrive plus à retrouver le dossier en question. Il existe toujours. Mais soit la clé pour ouvrir le tiroir a été perdue, soit l’étiquette du dossier est tombée, soit le dossier a été classé au mauvais endroit. Enfin, vous voyez l’idée. Le dossier est là. Mais le chemin pour le retrouver est corrompu.

Un exemple :

Et parfois, avec ces fameuses madeleines de Proust, un dossier réapparaît. Et en l’ouvrant, c’est toute une série de sensations qui refait surface.

Ma madeleine à moi c’est l’odeur d’herbe fraîchement tondue. Quand cette odeur arrive à moi, c’est quasi immédiat. Je suis alors transportée dans la maison de vacances que mes grands-parents avaient à l’époque. Je dois avoir 5 ou 6 ans. Mon père est en train de tondre la pelouse du grand jardin. Cette odeur m’envahit. C’est agréable. Mais ce n’est pas que l’odeur ici. Je peux voir assez précisément la maison avec le lierre qui pousse sur les murs. Le jardin avec le puits au milieu. Le hangar pour les voitures qui nous servait d’espace pour jouer. Et je suis alors assise sur le sol, heureuse et innocente. Sous moi, c’est une espèce de sable avec des petits cailloux. Comme à mon habitude, je suis en train de tamiser ces cailloux pour en extraire le sable fin. Celui-ci me servira par la suite pour réaliser une pâte avec laquelle je construisais des objets.

Je m’arrête ici ne vous inquiétez pas. Mais je vous livre cela pour vous dire à quel point votre cerveau peut en un clin d’œil vous transporter dans votre passé. Uniquement parce qu’il a retrouvé une clé pour accéder de nouveau à un certain dossier « perdu ».

Vous transporter dans le passé c’est bien. Souvent, c’est agréable mais pas toujours. Il a y certains déclencheurs qui peuvent au contraire vous rappeler de mauvais souvenirs. De mauvaises périodes. Et ces madeleines-là, on préférerait les éviter.

Une madeleine sur-mesure ?

Et si vous pouviez vous créer une sorte de madeleine sur-mesure ? Un déclencheur qui vous permettrait de vous transporter dans un souvenir agréable que VOUS avez choisi. Un souvenir récupéré dans le but unique de vous sentir bien. De ressentir précisément les émotions que vous aimiez ressentir et qui vous font du bien. D’être dans un état émotionnel en particulier que vous avez choisi.

Est-ce que cela vous plairait ?

En PNL, programmation neurolinguistique, on appelle ça la technique de l’ancrage. Et le déclencheur qu’on va créer c’est un geste, qui sera alors associé à l’émotion souhaitée. Est-ce que vous voulez essayer avec moi?

Première étape

La première étape, c’est de savoir quel état émotionnel vous cherchez à ressentir. La joie, la tranquillité, la paix, le calme, le plaisir… Essayez maintenant de définir précisément ce que vous souhaitez atteindre comme état émotionnel. Dites-vous dans votre tête : « Je veux ressentir de la joie » ou « je veux me sentir apaisé ». Ne cherchez pas à vous éloigner d’une sensation désagréable. En effet, l’exercice de l’ancrage est souvent pratiqué dans les moments où justement on n’est pas dans un état émotionnel qui nous plaît. Donc on cherche à aller mieux et à fuir cet état négatif. Mais votre cerveau encore une fois, ne connaît pas la négation. Si vous lui dites que vous ne voulez plus ressentir cette colère, ce qu’il entend c’est « colère ». Si je vous dis, là, tout de suite, de ne PAS penser à une lapin violet, et bien, normalement vous avez commencé à le visualiser 🙂 et c’est normal.

Donc pour votre première étape, fermez-les yeux et définissez en une phrase simple l’état émotionnel dans lequel vous voulez vous retrouver.

C’est ok ?

Deuxième étape

Ensuite, il faut vous trouver un petit geste, facile à faire. Si vous voulez, vous pouvez faire en sorte qu’il soit discret pour le refaire en toutes circonstances. Cela peut être n’importe quoi, vous pincez l’oreille, croiser les doigts, toucher votre bague, placer votre main sur votre genou… un geste précis et défini. Essayez tout de même de faire un geste que vous ne faites pas spontanément au quotidien… pour ne pas tout mélanger.

Troisième étape

La troisième étape, c’est de trouver dans votre passé un moment de votre vie où vous avez ressenti cette émotion. Si vous ne trouvez pas de souvenir avec cette émotion particulière, vous pouvez imaginer ce que cela serait de ressentir cet état dans le moindre détail.

Alors que vous faites en sortes de revivre ou de créer cet évènement particulier, faites votre geste et répétez plusieurs fois pour l’associer à ce souvenir et à ces émotions que vous êtes en train de revivre. Le plus important ici, c’est d’essayer de revivre votre souvenir avec le plus de détails possible, quelle sensation physique vous avez ? Qu’est-ce que vous voyez autour de vous ? Y a-t-il des odeurs particulières ? Une lumière, des couleurs ? De la musique ou des bruits ? Le plus vous aurez de détails dans votre souvenir, le plus l’ancrage pourra se faire facilement.

Je vous laisserai refaire l’exercice plusieurs fois. Le plus important c’est vraiment d’associer le stimulus, le déclencheur, c’est-à-dire votre geste au souvenir qui continent l’émotion souhaitée.

Dorénavant, vous avez à votre disposition une madeleine sur-mesure. Faites votre geste consciemment et ressentez alors immédiatement les émotions positives associées.

A utiliser sans modération dans les situations où votre état émotionnel ne vous convient pas !!

Conclusion 

Essayez d’être attentif à vos différentes madeleines.

Créez votre souvenir d’ancrage positif.

Utilisez le dans les moments difficiles.

Et la prochaine fois que vous perdez pied, fermez les yeux et revivez ce souvenir pour vous sentir envahi par ces émotions positives.

Crédit photo Joseph Gonzalez sur Unsplash

6 Replies to “Et si on créait votre madeleine sur-mesure ?”

  1. anne-marie Bonel dit : Répondre

    j’ai fait l’exercice…..visualisé un souvenir , c’est vrai, me suis mise à sourire et le calme est revenu…merci camille
    anne-marie

    1. Merci 🙂 Parfois c’est aussi simple que cela de retrouver un peu le calme intérieur.

  2. Ca paraît tellement évident !
    Merci Camille de nous rappeler que le bonheur ce n’est pas si compliqué !

    1. Merci Cyprien ! Le bonheur est à portée de nous, il suffit juste d’ouvrir un peu les yeux, si je peux vous aider à les ouvrir alors je serai la plus heureuse 🙂

  3. Toujours aussi excellente Camille. Merci pour ce rappel

Laisser un commentaire