Where is my Mojo ? Que faire quand celui-ci n’est plus là… ?

On a tou.te.s des périodes de creux, de mou, avec plus ou moins de difficultés, des périodes où vraiment, on a perdu son Mojo.


Que faire dans ces moments-là ? Comment réussir à sortir de cet état de mollitude, cet état de brouillard épais dans lequel on a l’impression qu’on va rester perdu.e ?

Je vous ai concocté une petite liste de 6 choses à faire qui vont aideront sûrement à reprendre le dessus.

1 – Créez votre playlist « Spécial Mojo »

Je ne sais pas vous concernant, mais pour ma part, il y a des musiques qui dès les premières notes me reboostent le moral, l’esprit, le corps. J’entends les premières notes et hop mon esprit s’éclaircit, j’ai envie de danser et de chanter.
Je vous propose alors de vous créer une liste de musiques sur votre lecteur de musique préféré (deezer, spotify, itunes ou même… winamp!! Si si).
Je suis sûre que vous connaissez bien les musiques qui vont réchauffent le cœur et vous mettent dans cet état-là. Alors n’attendez pas d’être à plat pour remplir au fur et à mesure votre playlist, faites-le dès maintenant. Et surtout gardez-la bien à portée de main.

2 – Justement dansez, chantez, bougez !

Alors oui je sais, dans ces moments-là on n’a justement pas envie de bouger, on n’a juste envie de rester en boule sous sa couette, de ne pas sortir, de ne pas parler. Ne rien faire, ne pas penser, hiberner. Mais la mise en mouvement de votre corps va remettre en mouvement également vos idées. Paradoxalement moins vous bougez, moins vous avez d’énergie. Donc bougez, un doigt de pied, une main, une épaule, une clavicule…
La mise en mouvement, la mise en action, c’est la clé pour se sentir mieux. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, on se sent bien après une séance de sport, notre corps est revigoré, l’énergie est à son maximum et nos idées sont en place. On est prêt.e pour accueillir le reste de la journée.
Bien évidemment, je ne vous demande pas d’aller faire une chorégraphie à la Dirty Dancing, non mais juste de vous lever et de vous remuer un peu. Personne ne vous regarde, vous n’avez pas à craindre d’être ridicule. Au pire, fermez les volets pour ne pas que vos voisins vous voient si cela vous dérange vraiment.
Mettez votre playlist préférée et remuez-vous, juste un peu pour commencer la mise en mouvement.

3 – Choisissez le joker « Appel à un ami »

Dans ces moments-là, on n’a envie de rien, on ne veut voir personne, on se sent négatif.ve et on se dit que de toute façon les autres n’auront pas spécialement envie de nous parler non plus car on n’est pas vraiment de bonne compagnie en ce moment. Puis, dire aux autres qu’on n’est pas bien, qu’on a un coup de mou, c’est avouer qu’on a une faiblesse. Demander de l’aider, ce n’est jamais facile. Surtout si vous avez l’habitude d’être fort.e, indépendant.e et toujours dynamique. Le problème, c’est qu’on oublie que les amis, c’est aussi fait pour ça. On serait même vexé.e si à l’inverse, il leur arrivait quelque chose et qu’ils n’en parlaient pas, qu’ils ne venaient pas nous le dire et que du coup on ne puisse pas être là pour les aider. Alors faites le premier pas. Envoyez ce petit message à votre ami.e pour lui dire « hey… je suis pas très bien en ce moment. J’aurais bien besoin d’une oreille pour m’écouter et d’une épaule pour pleurer… » Vous aurez peut-être des surprises. Des bonnes et des moins bonnes. Certaines personnes que vous ne soupçonniez même pas seront aux petits soins pour vous et vous aideront vraiment à remonter la pente. Et ceux sur qui vous comptiez, répondront aux abonnés absents. Le principal, c’est de ne pas rester seul.e. Quand on s’isole, et qu’on rumine, on ne sort pas de ce cercle vicieux et surtout on a du mal à prendre du recul sur la situation.
Alors, la prochaine fois, accordez-vous ce joker et profitez-en.

4 – Prenez l’air

Je sais, je sais, vous êtes toujours sous votre couette et la perspective de mettre le nez dehors n’est même pas envisageable pour le moment. D’autant que, je vous connais, vous êtes toujours en pyjama car s’habiller vous demande trop d’effort. Je comprends et personne ne vous jugera pour cela, promis. Seulement, je suis persuadée que plus vous restez enfermé.e chez vous, moins vous aurez envie de sortir. Toujours ce même cercle vicieux qui est présent et qui ne vous aide pas. De nombreuses études ont démontré les vertus de la nature sur votre esprit et votre corps, s’aérer, s’oxygéner. Juste une petite balade dans le parc à côté de chez vous si vous êtes en ville, ou en pleine nature si vous avez la possibilité. Parfois même le tour du pâté de maisons. Commencez petit. Chaque victoire compte dans ces moments-là. Restez enfermé.e ne vous aidera pas. Personnellement, plus je reste enfermée dans ces moments-là, moins ça va, je tourne en rond, je m’enfonce progressivement dans ce brouillard dont j’essaye de m’extirper. Alors je me fais violence, mais je sors même si c’est pour aller dans le square à côté de chez moi. Changez d’air, respirez, refaites le plein. Vous verrez qu’en rentrant de votre petite sortie, vous verrez les choses un peu différemment. Ça ne va pas changer du tout au tout, soyez indulgent.e, soyez patient.e. Prenez-soin de vous et…

5 – Faites-vous plaisir

S’il y a bien un moment, où vous avez vraiment la possibilité de prendre soin de vous et de vous faire plaisir, c’est bien maintenant. Chouchoutez-vous. Dorlotez-vous. Et alors là, tout est envisageable. Chacun ses stratégies et les miennes ne seront pas les vôtres mais vous DEVEZ prendre soin de vous et vous faire plaisir. Certaines opteront pour un bon bain moussant devant une série. D’autres, ce sera plutôt glace au caramel avec un bouquin, certains feront du shopping (en ligne… sinon faudrait sortir… ouais ouais ouais je vous surveille !). Qu’est-ce qui vous fait plaisir ? Qu’est-ce qui vous fait du bien ? Faites la liste des éléments qui vous font du bien, votre livre préféré, votre film préféré, votre endroit préféré… cuisiner, lire, voyager, téléphoner, jouer d’un instrument, surfer sur YouTube, prendre des photos…? Quelles sont les activités qui habituellement vous font du bien ? Et une fois que vous êtes à plat, piochez dans cette liste et faites une de ces activités.
Encore une fois, je comprends tout à fait que même si c’est une activité qui vous plaît, à ce moment précis, vous n’en avez même pas envie. Je le sais. Je le sais vraiment. Mais je sais également qu’une fois engagé.e dans cette activité, vous allez vous sentir un petit peu mieux. Et à la fin de cette séance « cocooning » vous serez content.e de vous 🙂 Faites-moi confiance sur ce point-là.

6 – Dites-vous que, comme le reste, cela finira par passer

Ahhh ces fameuses petites phrases « ça va passer » « le temps fera son effet » « ça ira mieux bientôt ». Quand on me dit cela, alors que je suis dans une mauvaise période, j’ai juste envie de hurler et de vous dire « Mais je m’en fiche de demain ! C’est maintenant que c’est difficile ! C’est maintenant que je ne vais pas bien et que j’ai besoin d’aide… »
Le problème… C’est qu’ils ont raison. On n’est juste pas capable à l’instant présent de prendre le recul nécessaire. On a tous déjà eu des mauvaises périodes. Et on sait pertinemment que oui, comment le reste, cela finira par passer. On le sait. C’est juste difficile à encaisser quand on est la tête dedans.
Alors relevez la tête, regardez le chemin que vous avez parcouru. Regardez les épreuves que vous avez passées, plus ou moins avec difficultés mais vous vous en êtes sorti.e. On dit souvent « ce qui ne tue pas nous rend plus fort » et je ne suis pas forcément d’accord avec cela, car cela nous rend plus fort.e uniquement si on le décide. Si on change sa perspective. Si on change la façon dont on réagit aux évènements. Une « épreuve » similaire, même si aucune épreuve n’est vraiment similaire pour 2 personnes différentes, pourra détruire une personne alors qu’une autre en sortira plus forte. C’est une question d’état d’esprit, c’est une question de fonctionnement, c’est une question de comment vous réagissez aux évènements.

Voilà donc ma petite liste pour retrouver un peu son Mojo quand celui-ci a disparu.

  • On crée sa liste de musiques spécial Mojo
  • On se remue un peu !
  • On appelle un.e ami.e
  • On prend l’air dans la nature
  • On se fait plaisir
  • Et on est indulgent.e et patient.e

N’hésitez pas à me dire quelles sont vos méthodes pour retrouver votre Mojo.

Crédit Photo Denny Müller sur Unsplash

6 Replies to “Where is my Mojo ? Que faire quand celui-ci n’est plus là… ?”

  1. Merci pour tous ces conseils. Ma méthode : peindre 🙂

    1. Merci à toi. Très sympathique également ta méthode. Merci pour le partage

  2. Flûte ! Je n’ai pas de playlist « Spécial Mojo » ! Je mets donc ça dans ma ToDo List !
    C’est une idée géniale !
    Prendre l’air, fonctionne aussi très bien, je l’ai testée. Il faut dire que je ne vis pas loin du lac Léman….
    Pour le cocooning, j’aime lire un bon bouquin avec un petit verre de whisky. Eh oui, cela fait du bien le single malt.
    Merci Camille, avec toi je progresse !

    1. Merci Angelo. Je t’avoue que si j’avais le lac Léman à coté de chez moi, j’en profiterai aussi !! Le petit verre de whisky c’est pas mal non plus. Je note pour la prochaine fois ! 🙂 Merci pour tes remarques. Bonne journée.

  3. Salut Camille ! 🙂
    Pour moi, le mieux c’est la nourriture.
    De la Mojo Food on pourrait l’appeler haha !
    Une nourriture riche et crémeuse (tant qu’à faire) et bien régressive, avec des plats qui rappellent des tonnes de souvenirs d’enfance. De quoi être durablement réconforté !
    D’ailleurs, sur les blogs de cuisine, ce genre de nourriture s’appelle très justement de la Comfort Food. Tout un programme ! 😀

    1. Merci Julian ! très bonne idée effectivement, et je pense qu’on le fait finalement sans s’en rendre compte parfois. Soyons un peu plus « mindful » quand on utilise notre Confort Food (ahah désolée pour les anglicismes). Merci pour le partage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.